Interview de Prune Lagner Fondatrice de Brainkog

Interview de Prune Lagner Fondatrice de Brainkog

Comment vous est venue l’idée de Brainkog ?

Stress, arrêt de travail, absentéisme, procrastination, burn-out, démissions et à un autre degré anxiété et dépression coûtent cher aux entreprises et à l’Etat. 1 Français sur 2 déclare être stressé et 81% des salariés admettent avoir dû, au cours de leur vie professionnelle, affronter un problème de mal-être au travail [1]. Pourtant, en comprenant les rouages du fonctionnement humain dans sa réalité biologique, sociale et cognitive, il est possible d’agir avant qu’il ne soit trop tard, et de gagner du temps et de l’argent sur le long terme.

Psychologue et anthropologue de formation, j’ai travaillé pendant près de 10 ans dans différents laboratoires de recherche scientifique en sciences cognitives, à l’interface entre l’académique et le terrain. Lorsque j’ai commencé ma carrière de consultante-formatrice il y a quelques années de cela, j’ai été très étonnée de constater que les connaissances et les outils utilisés dans le cadre des formations professionnelles avaient plus de 20 ans de décalage avec les découvertes scientifiques actuelles. Forte de mon expérience scientifique et grâce aux retours terrain des différents publics formés en présentiel (cadres, enseignants, formateurs, éducateurs…), j’ai créé une méthode inédite de prévention des risques psychosociaux, enrichie par les sciences, et aux résultats mesurables.

Aujourd’hui, avec Brainkog, c’est l’ensemble de ces savoirs, savoir-faire et savoir-être que je vais modéliser au sein d’une solution digitale innovante, mettant en œuvre intelligence artificielle et réalité virtuelle, pour permettre aux publics qui ne se retrouvent pas dans l’offre existante d’opérer enfin de véritables changements.

Pour se faire, Brainkog va proposer quatre prestations différentes, mobilisables de manière indépendante ou complémentaire :

  • Un questionnaire d’auto-évaluation diagnostic (Brainkog Diag) pour identifier ses forces et ses axes de progression comportementales et cognitives, fondé sur les recherches en neurosciences
  • Quatre modules de formation numérique interactive construits sur la base des demandes utilisateurs après enquête auprès des segments cibles
  • Un renforcement des compétences cognitives clés à l’aide d’un processus innovant d’apprentissage immersif en réalité virtuelle
  • Un système d’accompagnement évolutif de progression et de suivi au quotidien à l’aide d’une application IOS ou Androïd

Que vous apportent le concours Open4startup et l’accompagnement de Nicéphore Cité ?

Être lauréate au concours open4start-up a permis à Brainkog d’opérer un formidable bond en avant. La solution est passée du statut de projet à celui d’une véritable mise en œuvre concrète.

Lorsque l’on est porteur d’un projet innovant, on a besoin des conseils et de l’expertise des professionnels pour avancer dans la bonne direction. Grâce à l’accompagnement de Nicéphore Cité, j’ai pu bénéficier des meilleurs conseils et adopter les meilleures stratégies pour délimiter les contours de la solution, m’insérer dans l’écosystème du marché, bénéficier d’une mise en réseau efficace. Toute l’équipe se rend disponible pour soutenir le projet.

De plus, grâce au Prix du concours, j’ai récemment pu accueillir une stagiaire : Camille Burdy, brillante étudiante de licence TSI à l’IUT de Chalon-sur-Saône, pour commencer à travailler ensemble sur une preuve de concept du programme d’apprentissage immersif en réalité virtuelle, avec le soutien de l’équipe d’ingénieurs de l’Institut Image.

Quelles sont les prochaines grandes étapes de votre projet ?

Dans les prochaines grandes étapes, il y a d’abord la préparation de mon dossier d’entrée à DECA BFC, l’incubateur régional, dont le comité d’engagement aura lieu le 11 mai prochain.

En cours également, l’arrivée de deux associées pour renforcer l’équipe Brainkog : Caroline Gauffroy, Docteure en Psychologie, Maître de formation professionnelle dans une Ecole Supérieure suisse et Anne Theurel, Auteure de publications scientifiques, Chargée de projets recherche et développement à l’IREPS de Dijon.

En septembre prochain, Brainkog souhaite lancer une campagne de crowdfunding qui permettra de développer et de tester une première version du Brainkog Diag (questionnaire d’auto-évaluation).

Une première démonstration de l’entraînement en réalité virtuelle est également prévue pour la rentrée prochaine.

Enfin, la co-construction du programme d’accompagnement en prévention des risques psycho-sociaux ciblée sur les besoins et en partenariat avec les entreprises de la région.

Et une demande de bourse French Tech auprès de Bpifrance font partie des prochaines étapes de développement de Brainkog.

Renseignements
prune.lagner@gmail.com
Contactez-moi si vous souhaitez participer à la co-construction du programme de prévention des risques psychosociaux ciblé sur les besoins spécifiques de votre entreprise, et bénéficier du Brainkog Diag en avant-première.

[1] Etude Ipsos pour Ourco, 2020